Accueil

Le CREDDHO désapprouve l’incapacité des autorités locales à sécuriser les manifestations de la Lucha et les arrestations brutales consécutives!

Le CREDDHO vient de réagir à travers un communiqué de Presse, à la suite des arrestations et menaces successives commises par les agents de l’ordre contre les militants de la Lucha, à l’occasion de leur sit in organisé en date du 18 et 19 Septembre 2019 pour interpeller la maison de télécommunication Airtel de ses tarifications et qualités de services.

Cette organisation team leader de la thématique des Droits Humains au Nord Kivu désapprouve l’incapacité des autorités locales à sécuriser les manifestations  de la Lucha et les arrestations brutales qui s’en suivent. L’organisation compte aller plus loin si l’autorité n’arrête pas ces pratiques anti-démocratiques récurrentes similaires à celles déplorées durant le régime passé !

L’organisation déplore les pratiques de répression des manifestations pacifiques qui veulent refaire surfacependant le régime du Président Felix Tshisekedi qui risquent d’étouffer l’élan de la Démocratie légèrement observé.

Le CREDDHO exige la libération sans condition de militants arrêtés.

Télechargez le communiqué en version pdf ici  ou  en cliquant aux liens suivants:

http://www.creddho-rdc.org/index.php/en/presse-publications/presse-et-publications?download=59:communique-de-presse-sur-les-manifestations-de-la-lucha-du-18-au-20-septembre-2019

 

La neutralisation du Commandant FDLR Sylvestre Mudacumura : Le CREDDHO Salue symboliquement l’opération, mais exprime son insatisfaction quant aux préoccupations résiduelles des victimes !

Le CREDDHO s'est exprimé sur la mort du commandant des Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR), Monsieur Sylvestre Mudacumura qui a été abattu pendant la nuit du mardi au mercredi 18 septembre, par les Forces armées de la RDC dans le groupement de Bwito, territoire de Rutshuru (Nord-Kivu).

Selon les dires du général Kasonga, porte de l'armée congolaise, FARDC, qui a annoncé la nouvelle, une unité spéciale de forces armées de la République Démocratique du Congo a localisé et identifié le prénommé qui est un commandant radical des FDLR avant de l’achever.

Dans son communiqué le CREDDHO rappelle que Monsieur Sylvestre Mudacumura est connu au Nord Kivu et à l’est de la RDC en général, pour des nombreux crimes commis sous son autorité contre les populations locales par les FDLR du groupe FOCA. Ces deniers sont présumés auteurs des plusieurs crimes dont meurtres, viols, incendies criminels…à l’endroit des populations congolaises et plus particulièrement en Territoires de Lubero, Masisi et Rutshuru où le CREDDHO a eu à palper du doigt certaines de ces réalités.

S’agissant des opérations qui ont aboutit à sa neutralisation, le CREDDHO estime que celles-ci auraient été plus salutaires(avantageuses) si elles aboutissaient à son arrestation plutôt qu’à sa mort subite ; surtout qu’elles ont été menées par une unité spécialisée supposée plus professionnelle.

Monsieur Sylvestre Mudacumura Sylvestre étant l’épicentre d’un réseau des criminels dans la sous région des grands lac, son audition par les cours et tribunaux compétents éclairerait les investigations menées à différents niveaux sur les enjeux et acteurs des crimes dans la région, notamment par rapport au circuit de trafics d’armes dont il était considéré comme étant l’un des maillots.

Pour ce qui est des préoccupations restantes des victimes, le CREDDHO demande :

Que les organismes tant nationaux qu’internationaux s’investissent dans l’accompagnement des populations victimes des exactions commises par ce malfaiteur auprès des juridictions compétentes ;

 Que des mesures idoines d’assistance des victimes soient envisagées par le Gouvernement Congolais, avec l’appui de ses partenaires, pour que les victimes de la barbarie humaine du précité bénéficient d’un assouplissement de leurs souffrances spécialement à Lubero, Masisi et Rutshuru;

 Que les juridictions compétentes nationales et Internationales notamment la Cour pénale internationale et la cour africaine des Droits de l’Homme s’engagent et s’activent dans l’investigation des crimes commis par le sinistre Sylverstre Mudacumura afin d’assurer la réparation des préjudices causées aux victimes dans le passé.

 Photo. M. Kobler ancien Représentant Special du SG de NU en RDC en contact avec les victimes de crimes au Nord Kivu

Le CREDDHO suggère afin que l’unité spécialisée utilisée dans cette opération contre Mr Sylvestre MUDACUMURA soit mise à contribution pour stopper les dérives des tueries perpétrées dans la partie Nord de la Province du Nord Kivu par les ADF-NALU.

En ce qui le concerne, le CREDDHO reste engagé dans ses activités liées à la promotion et protection des droits humains ; il reste aussi prêt à jouer sa partition, particulièrement pour ce qui est du présent dossier.

  

Fait à Goma, le 20/09/2019

 

Le CREDDHO

 Pour d’amples informations, veiller nous contacter aux coordonnées reprises en bas de page

Adresse de contact : 49,  avenue UVIRA, sur la route de l’ULPGL, en face de Tropicana Village, Quartier Himbi II,  Commune de Goma,  Ville de Goma, Province du Nord-Kivu en RDC. Tél. +243822078694, +243 997703162, +243990557581,

E – Mail : This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it. This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it. B.P. 26 Gisenyi / Rwanda

 Site web: www.creddho-rdc.org, Twitter : Creddho_ongdh, Page face book: creddho

 

 

 

 Télechargez ici la version pdf du communiqué.

 

 

 

Territoire de Rutshuru : 40 membres de deux comités locaux de légitimités s’engagent à contribuer à l’émergence de la citoyenneté responsable dans leurs localités respectives !

C’est à l’issu d’un atelier organisé par lCREDDHO à Kiwanja du 2 au 3 août 2019 que 40 membres de deux comités locaux de légitimités du territoire de Rutshuru respectivement de la collectivité de Bwisha et de Bwito viennent de s’engager à contribuer à l’émergence de la citoyenneté responsable dans leurs localités respectives notamment, par la participation à l’élaboration  du budget et le contrôle citoyen.

Un autre résultat de cet atelier est la mise en place de 2 noyaux additionnels de légitimité dont ceux de  kiwanja et  Kibirizi, avec quatre point focaux de ( Visthumbi, Nyakakoma, Rubare, Rugari), chose qui va permettre la ramification et l’intensification progressive de ces structures citoyennes sur les territoires ciblés par ce projet en cours mené par le CREDDHO avec l’appui de Ned.

Ces membres de comités locaux de légitimités ont avant tout, été renforcés en capacité à travers les thèmes ci-après abordés par les facilitateurs :

  •  Droits et devoirs des citoyens dans une démocratie ;
  • Les droits et libertés publique ;
  • Fonctionnement des Entités Territoriales Décentralisées en RDC ;
  •  Technique d’élaboration du cahier de charge contenant les besoins sociaux de base et l’élaboration du  budget participative ;
  •  Notions sur les Techniques de plaidoyer ;

 Bien assimilés par les participants, ces thèmes appris dans un climat d’échange ont révolutionné positivement les bénéficiaires au point de les amener à s’engager à prendre un nouvel élan et d’accroitre leur niveau d’implication dans les activités citoyennes qui leurs sont dévolues, avant de remercier lCREDDHO et ses partenaires.

En marge de ces thèmes, le contexte électoral de 2018 et la situation socioéconomique du territoire de Rutshuru ont été également brossés et des leçons ont été tirées. A l’issu d’un jet des questions- réponses les participants ont formulé le vœux de voir les CLPD (comités locaux de Paix et de développement) ainsi que les CPDG (comités de paix Et de développement des groupements) mis en place respectivement dans la chefferie de BWiTO à l’instar de celui de BWISHA qui sera renforcé.

En organisant cette activité, le CREDDHO a été animé par le souci  de réarmer les deux comités locaux en vue de leur implication et participation active dans la gestion de la chose publique.

 

RDC : Une séance d’échange sur la conservation communautaire des aires protégées du paysage Virunga rapproche les conservateurs et les communautés riveraines !

 

Le Centre de Recherche sur l’Environnement, la Démocratie et les Droits de l’Homme, CREDDHO/ asbl  en sigle a organisé en date du 24 au 25 avril 2019, une séance d’échange sur la conservation communautaire des aires protégées du paysage virunga à l’intention des leaders communautaires, acteurs de la société civile, cadres administratifs de base de Nyakakoma, Vitshumbi, Kiwanja, Kahunga, Nyamilima, et Ishasha en territoire de Rutshuru tenue dans la salle de réunion de l’Hôtel GREFAMU à KIWANJA.

Différents thèmes ont été abordés notamment « les mécanismes Juridiques de protection des aires protégée en RDC » et « Les notions sur l’approche de conservation communautaire(coco)-Historique de la CoCo , cadre institutionnel et légal de lieu de la CoCo »...

Après les différents exposés, les participants se sont dits édifiés par les différentes révélations tirées du thème relatif à la conservation communautaire. Un thème qui leur a donné, le gout de vivre en harmonie avec la nature, disaient-ils.

Soulignons que cette séance a été une occasion de passer en revue quelques problèmes connus dans le parcours entre l’ICCN et les populations riveraines. Après un diagnostic participatif des problèmes qui rendent difficile la cohabitation entre les deux parties, les participants se sont dits être pour la cohabitation pacifique et la conservation communautaire.

Quelques problèmes qui ont brouillé dans le passé, les relations entre l’Institut Congolais pour la Conservation de la Nature, ICCN en siglet les populations riveraines du parc de Virunga ont été soulevés et quelques pistes de solutions y relatives ont été proposées.

A la fin de la séance, une déclaration a été signée par les participants. Dans la dite déclaration les participants disent prendre connaissance d’énormes avancées législatives contenues dans la loi N° 14/003 du Février 2014 relative à la conservation de la nature, des  opportunités que la conservation communautaire offre aux communautés aussi bien en termes de participation à la gestion des aires protégées que de bénéfices et des retombés socio-économiques de la conservation ainsi que de la valeur biologique, économique, écologique et sociale du Parc National des Virunga.  

Ils ont ensemble constaté avec regret que la loi N° 14/003 du Février 2014 relative à la conservation de la nature et la participation de la communauté à la gestion du parc  n’est pas totalement mis en œuvre dans notre région et que les retombées socio-économiques de la conservation du parc national des Virunga sont encore au stade embryonnaire dans nos entités, avant dfustiger un climat de  méfiance observée entre la population riveraine et les gestionnaires  du Parc national des Virunga.

Les bénéficiaires de cette séance ont dit comprendre que la conservation communautaire est une opportunité de résolution pacifique des conflits  homme - animal, conflits liés à l’accès aux ressources  et conflits intra- et interinstitutionnels.

Avant de remercier le CREDDHO et ses partenaires pour cette activité informative qui vise un rapprochement communautaire entre les conservateurs des aires protégées et les communautés riveraines, les bénéficiaires ont émis des recommandations et vœux à l’égard des décideurs à différents niveaux et particulièrement à la hiérarchie de l’Institut Congolais pour la Conservation de la Nature.

Les participants se sont quitté avec une soif de voir l’étape suivante consacrée à l’harmonisation des points de vue sur les questions qui divisent l’ICCN et la population pour la cohabitation pacifique au profit de la conservation communautaire.

Parcourez  la déclaration en integralité en cliquant à ces liens.

 

 

RDC-GOMA : Séance d’information sur l’exploitation du gaz dans le lac Kivu, le CREDDHO demande l’accélération dudit projet

Ce vendredi 03 mai 2019, la presse Nord Kivutienne et particulièrement celle de la ville de Goma a été conviée à une séance d’information sur le projet d’exploitation de gaz sur le lac Kivu. Une activité qui a eu lieu dans les enceintes de l’Hôtel Ihusi et qui, vraisemblablement a coïncidé avec la journée internationale de la liberté de la presse célébrée chaque 03 mai.

Mentionnons que ce projet financé par le gouvernement de la RDC par le truchement du ministère des hydrocarbures, de l’énergie et ressources hydrauliques, est attendu à Goma par la population locale qui connait un déficit criant en desserte d’énergie électrique.

Dans son communiqué très récent, publié à l’occasion du passage du Chef de l’état congolais au Nord Kivu, Monsieur Antoine Felix Thsisekedi , le CREDDHO a fait mention d’un besoin urgent du lancement dudit projet qui constituera un ouf de soulagement pour la population de Goma qui passe, depuis plusieurs années, des nuits effrayants à l’absence de l’électricité dans une ville en proie des quelques poches d’insécurité…

L’urgence de ce projet n’est plus donc à démontrer surtout que ce gaz enfoui dans le lac Kivu constituerait en lui-même un danger pour la vie de la population, selon des révélations des scientifiques, au cas où il ne serait pas exploité.

Quelques affiches en rapport avec le projet étant déjà placardées le long de la route principale, sans renseigner grand-chose, la population qui les contemple avec beaucoup de curiosité attend impatiemment l’annonce publique du début des travaux.

Au vu de ces quelques signes qui augureraient un «espoir», le CREDDHO encourage le Gouvernement congolais à appuyer sur l’accélérateur pour que ce projet jadis retardé pour des raisons encore ignorées, se voie prendre un élan. Signalons tout de même que le CREDDHO est en train de se réjouir de ce dernier développement positif qui va dans le sens de ses inspirations.

Trouvez ici la copie du communiqué du CREDDHO publié à ce sujet.

 

 

Nous suivre sur twitter

EmpirePromos.com

Communiqués de Presse recents

Souscrire à Notre Newsletter

Les articles sur l'actualité