Accueil

Les autorités et acteurs de la Société civile engagés à s’impliquer pour mettre fin aux violations commises au Nord Kivu !

Différentes violations des Droits de l’Homme commises dans les territoires de la Province du Nord Kivu notamment, Rutshuru, Masisi et Nyiragongo de Juin à mi-octobre 2016, ont été au Centre des echanges organisés par le CREDDHO à Goma, en date du 26 Octobre 2016, entre les autorités politico-administratives, militaires, policières, responsables des services spécialisés et les acteurs de la Société Civile.

A l’occasion, un exposé présenté par le CREDDHO a mis en exergue des différents types de violations documentées par lui, dans différents territoires du Nord Kivu en se focalisant sur l’identité de leurs auteurs.

Parmi ces violations identifiées nous pouvons citer celles portant sur les arrestations arbitraires, détentions illégales, les viols, enlèvement, incendie, pillage, perceptions illégales, torture et autres atteintes à l’intégrité physique qui ont été soulevés et débattues en plénière en vue de la recherche des voies et moyens pour y mettre fin .

Les cas les plus illustratifs sont entre autres : Celui de la prison centrale de Rutshuru où un surpeuplement a été observé, avec seulement vingt quatres condamnations sur un total de deux cent et onze detenues en prison et où des cas de décès ont été signalés. Les cas de Kidnapping qui sont restés frequents sur differents tronçons routiètres. Des cas des perceptions des frais illégaux qui ont été largement enregistrés sur les tronçons routiers KIWANJA-KITOBOKO, GOMA-KIBUMBA, KALENGERA- KIWANJA, KIBUMBA POSTE où plusieurs services étatiques seraient impliqués .

Le cas de perception des frais illégaux le long du Lac Édouard par les groupes armés et quelques services étatiques.

Soulignons le fait que l’existence de la plupart des abus et violations soulevés ont été reconnus par les participants  à ce panel qui ont décortiqués et examiner les causes qui seraient à la base, afin d'y trouver des solutions palliatives.

Après analyse les acteurs présents et particulièrement les autorités se sont, chacun dans son domaine de responsabilité, engagés à poser des actes concrets visant à contribuer à l’amélioration de la situation des Droits de l’Homme et sécuritaire et à décourager la recrudescence de ces violations.

Rappelons que ce panel fait suite à d'autres qui ont été organisés, au cours de cette année, dans differents territoires de la Province du Nord Kivu et à travers lesquels, les  mêmes types de violations ont été discutées avec les autorités à la base.

 

Un atelier organisé à l’intention des acteurs miniers vient d’aboutir à des recommandations encourageantes !!!

Le CREDDHO a organisé, en date du 17 au 18 octobre 2016 à MANGUREJIPA dans le territoire de Lubero au Nord Kivu, un atelier de familiarisation des membres de l’observatoire et les opérateurs miniers aux mécanismes de traçabilité de minerais .

32 participants dont les autorités locales  (PNC, police de mines, ANR , FARDC …) ; services des mines, coopératives miniers, SAESSCMA et 15 membres de l’observatoire de la société civile ont été capacités par le CREDDHO sur  les exigences législatives et administratives qui s’appliquent dans le domaine d’exploitation minière , le règlement minier, la situation de la femme dans le secteur minier en RDC , la traçabilité au niveau national, régional et international, le code du travail, le système de certification, six outils de la CIRGL et les technique de plaidoyer.

Signalons que cette activité a été réalisé avec l’appui financier de American Jewish World Service.

A cette occasion, diverses recommandations ont été adressées aux differentes parties prenantes  à cet atelier, dont le Gouvernement, la Société Civile et particulièrement au CREDDHO et ses partenaires.

Pour ce qui concerne le CREDDHO celles qui suivent lui ont été destinées :

  •  Renforcer la sensibilisation à différente niveau et la participation de la femme au processus de traçabilité
  • Éducation des communautés sur les préjugés de la présence de femmes dans les sites miniers ;
  •  Vulgariser les lois relatives à l’exploitation et la commercialisation des minerais ;
  •   Éducation des communautés sur les préjugés de la présence de femmes dans les sites miniers ; 
  •  Multiplier les ateliers de renforcement de capacités des acteurs miniers et communautés sur le code minier  

Le CREDDHO compte assurer le suivi de ses recommandations et, à la limite de ses moyens, mettre en pratique, les recommendations qui lui ont été adressées dont il a reconnu l'importance. Lire les recommendations adressées au Gouvernement ici...

Les participants ont encouragé le CREDDHO et ses partenaires pour ses diverses activités notamment celles d'information, de formation et de sensibilisation organisées à leur faveur qui ontcontribué énormément dans la conscientisation des acteurs miniers par rapport à la Gouvernance minière.

 

La présence des groupes armés sur le littoral du Lac Édouard, une menace contre les communautés locales et les écosystèmes !

Les miliciens «Maï Maï » qui ont occupé la zone littorale du lac Édouard depuis plusieurs mois font la loi parmi les populations riveraines qui se disent fatiguées des représailles dont elles sont victimes de la part de ces bandes armés. Le responsable de ce groupe dénommé Alliance des Forces de Résistance Congolaise, AFRC en sigle, serait un certain Charles BOKANDE.

Intimidations, extorsions de la production des poissons, arrestations arbitraires et rançonnement de populations à travers des taxes illégales, telles sont des violations récurrentes commises par ces groupes rebelles contre ces communautés riveraines du Parc des Virunga.

A titre illustratif, ce lundi 10/10/2016 ces rebelles auraient emportés 10 moteurs hors bords dont 6 de la RDC et 4 de l’Uganda qui ont ensuite, été restitués aux propriétaires moyennant une rançon.

Érigé à « maître >> ce groupe va jusqu'à instituer des taxes dont le coût varie entre 10 000FC et 30000FC à payer par pirogue, avec des amendes allant jusqu’à 150000FC. Toute pirogue qui ne s'acquitte pas des redevances établies ou qui pratiquerait la pêche sans disposer d'un jeton qui l’autorise subit des représailles.

Pour rappel, c’est depuis le début du mois d Avril 2016, que ce groupe a pris d'assaut la partie Sud-est du Lac Édouard en territoire de Rutshuru où il a érigé son bastion.

Il y a plusieurs jours depuis que des affrontements avaient opposés ce mouvement d’une force conjointe FARDC et Gardes de Parc, qui avait réussi à déloger momentanément celui-ci, curieusement après quelques jours, une trêve inexplicable a été observée par les forces loyalistes.

La population locale se pose autant des questions sur l’attitude des forces armés qui apparente à une démission vis-à-vis de sa mission première qui est conférée.

Face à cette situation, le CREDDHO projette une rencontre de plaidoyer avec le 34e Région militaire pour chercher en savoir plus de la réalité qui se cacherait autour de ce silence absolue manifesté par les forces loyalistes devant ces groupes armés qui représentent une menace plausible auprès des communautés locales et les écosystèmes du Parc de Virunga.

 

RDC-Goma : Après le préavis du 19 Septembre, le carton Jaune vient d’être livré au Régime Kabila pour avertissement !

C’est dans un climat serein que les cartons jaunes dits de « dernier avertissement » destinés à Joseph Kabila ont été remis au Pouvoir Exécutif Provincial du Nord Kivu à l’issu d’une manifestation qui s’est déroulé dans différentes Provinces de la RDC ce 19 Octobre 2016.

A Goma, les manifestants qui ont répondu favorablement à l’appel lancé par le rassemblement des forces de l’opposition politiques du Nord Kivu ont débouchés de tous les coins de la ville avant de se rassembler au rond point entrée Présidentielle qu’ils ont considéré comme point de départ.

Ceux-ci ont eu comme message principal l’annonce de fin du mandat de Kabila qui doit prendre fin d’ici le 19 Décembre 2016.

Avant d’atteindre son point de chute qui était le bureau du Gouverneur situé au musé, cette manifestation a été dispersée par une forte cohorte policière placée à quelques mètres de la destination, celle-ci a lancé de grenade lacrymogène qui ont dispersées les manifestants.

L’endurance a fait que certains manifestants arrivent au point de chute avec leur message à mains après que des pourparlers soient menés entre les leaders de l’opposition et les éléments de la police.

Quelques arrestations n’ont pas manqué d’être signalées parmi les manifestants qui ont tenté de bousculer les policiers placés les longs des artères dans les quartiers et avenues.

Le CREDDHO n’encourage pas toute forme de violence qui a été observé qui, selon lui, illustre un manque de tolérance de la part des services qui sont censés encadrés les manifestants .

Le CREDDHO reconnait tout de même une participation des mineurs d’âge à ce type de manifestation. Chose qui ne pas souhaitable et qui, parfois serait à la base des certains troubles et autres comportements immatures qui s’observent parmi les manifestants, notamment jet de pierres sur la chaussé et autres.

Signalons que cette manifestation vient de se dérouler dans un contexte où un accord vient d’être signé, un jour avant, entre le régime Kabila et une frange de l’opposition dite modérée mais considérée comme manipulée et/ou débauchée par une certaine opinion congolaise qui ne jure que par le respect de la Constitution.

Ce qui est vrai, dans tous les combats Démocratiques c’est le camp du peuple qui finit par l’emporter, il suffit que celui-ci comprenne qu’il est appelé à être, lui-même, artisan et propriétaire de sa destiné.

Le destin d’un peuple ne peut être hypothéqué pour des intérêts individuels, juste un moment d’observation et la réalité à affronter va se profiler en face, attendons voir…

 

VATICAN 5 OCTOBRE 2016 : Une lettre adressée au Pape François lui demande de protéger les défenseurs environnementaux...

Par souci de la violence croissante contre les défenseurs de l'environnement, une coalition de 76 organisations de défense des droits humains et environnementaux de 19 pays demande au pape de se tenir debout pour leur protection.

Dans une lettre présentée à François cette semaine, les organisations demandent au pape d'être un patron pour tous les défenseurs de l'environnement qui risquent leur vie en prenant intimement la lutte pour la préservation de la nature, « notre maison commune ».

Les signataires sont préoccupés par l'augmentation de la violence contre les défenseurs de l'environnement. Chaque semaine, trois personnes sont tuées parce qu'ils se lèvent pour la nature. Un plus grand nombre fait face à des menaces, aux intimidations et violences physiques.

Les groupes autochtones et communautés locales sont plus vulnérables, car ils vivent souvent dans des régions éloignées et leurs territoires manquent souvent la protection juridique de l'État.

La violence contre les défenseurs de l'environnement reste souvent impunie. Les signataires craignent que la violence ne fera que croître, si elle n'est pas hautement condamné au plus haut niveau de la politique internationale.

Notre réchauffement climatique et la croissance démographique signifie que les pressions sur les ressources naturelles et du territoire sont appelés à augmenter, ce qui signifie que, sans intervention urgente le nombre de décès que nous voyons maintenant seront éclipsés par ceux de l'avenir.

Pour améliorer la sécurité des défenseurs de l'environnement, les appels de la coalition voudrait que le pape pour condamne la violence contre les défenseurs de l'environnement.

La coalition se compose de 76 organisations de défense des droits humains et environnementaux du monde entier dont le CREDDHO fait parti. Tous sont concernés par cette crise qui croit de plus en plus...

La lettre a été initiée par le Comité national de l'UICN des Pays-Bas (UICN NL). Avec son projet «Défendre les défenseurs de l'environnement», soutenu par la Loterie Code postal néerlandais, l'UICN NL collabore avec Milieudefensie, Amis de la Terre International et Global Witness pour améliorer la sécurité des défenseurs de l'environnement en Colombie, Pérou, République démocratique du Congo, en Indonésie et aux Philippines.

Telecharger la lettre ici.

 

Nous suivre sur twitter

EmpirePromos.com

Souscrire à Notre Newsletter