Qu’en est-il du projet JISIA NA HAKI

JISIA NA HAKI est un projet visant une transformation positive sociale qui s’intéresse aux victimes de SGBV apparentées à l’esclavage moderne et qui est mis en œuvre à travers des structures locales créés par le CREDDHO dénommées, comités locaux de lutte contre les formes modernes d’esclavage.

Ce projet s’occupe particulièrement de l’assistance des survivants des violations de ces genres par leur intégration communautaire au sein des comités locaux de lutte contre les formes modernes d’esclavage et dans une mutuelle de solidarité paysanne créée pour assurer leur survie et transformation sociale. Ce qui fait que ces survivants convertis en membre du comité deviennent, à leurs tours, des agents sociaux de changement qui sensibilisent et aident les autres.

En clair, ce processus d’intégration part de la découverte d’une victime des violations précitées, la documentation de son cas, son analyse suivie par la sensibilisation pour son intégration d’un comité local et adhésion à une MUSOPEC suivi d’un octroi de crédit rotatif. Ce processus s’accompagne par appui technique et d’un suivi plus au moins régulier du CREDDHO et son partenaire Free The Slaves.

 Les enquêtes menées sur terrain par les animateurs locaux du CREDDHO ont montré que l’initiative des mutuelles constitue une solution salvatrice pour l’autoprise en charge et la gestion financière rationnelle par des familles. Les membres de ces mutuelles disent avoir mobilisé un surplus de moyens qui leur assure de manière progressive une certaine autonomie financière.

Grace à ces mutuelles une transformation sociale positive se matérialise au jour le jour sur terrain. Un certain changement des mentalités s’est observé grâce au travail de sensibilisation en faveur des victimes de SGBV apparentés aux formes modernes d’esclavage.

Le CREDDHO remercie ses partenaires pour tout appui bénéficié de leur part. Grâce à leurs soutient de toute nature, il parvient à contribuer à la sauvegarde de la dignité humaine et la restauration de plusieurs vies brisées en luttant contre diverses formes de violations de Droits Humains.

 A nos partenaires, nous disons que vous êtes des acteurs du changement avec nous. Aussi longtemps qu’ensemble nous continuerons à soutenir les actions qui visent le bien être humain, l’histoire du changement de la RDC et du monde en général ne manquera pas de porter nos parafes …

 Nous vous encourageons à consulter d’autres articles qui traitent sur des sujets similaires à ces liens :

 Retour à l'article principal ici.

 

RDC(Environnement) : Les médias relayent avec forte intensité les messages des communautés locales contre l’exploitation du Pétrole dans les Parc de Virunga et Salonga.

La problématique liée à une probable désaffectation des Parc de Virunga et Salonga au profit du petrole a défrayé la chronique la semaine dernière en ville de Goma. 

Cette question a été debattue au cours d'une Conference de Presse organisée à Goma le 11-10-2018 par les organisations environnementalistes réunies au sein d’un consortium GLA, les pêcheurs du lac Edouard et vendeuses de poissons à l'intention de la presse locale.

Au centre des échanges, ce sujet a intéressé au plus haut niveau les medias invités. Ceux-ci ont largement relayé le message qu'ils ont reproduits à travers differents canaux notamment: les articles de presse, reportages audios et vidéos selon differents angles choisis par chacun de medias.

Voici quelques articles écrits par quelques medias en lignes :

  • Nord-Kivu : Les structures environnementales s’opposent à l’exploitation petrolière dans le Pnvi et Salonga (la republique.net),
  • Les communautés riveraines des parcs nationaux de Virunga et Salonga refusent! (le souverain libre);
  • RDC : Joseph Kabila appelé à annuler les mesures de désaffectation d’une partie du Parc National des Virunga et de la Salonga pour une zone à intérêt pétrolier (lundi hebdo.com);
  • Les ONG vertes rejettent le projet d’exploitation du pétrole dans nos parcs (emergence plus);
  • Nord-Kivu : Le consortium des organisations de la société civile environnementale rappelle le caractère illégal d’exploitation pétrolière dans les Parcs Nationaux des Virunga et Salonga.(congomediaplus) ;
  • Nord-Kivu : Les environnementalistes réitèrent leur opposition à l’exploitation du pétrole dans le PNVI et Salonga (7sur7.cd);

 

Le travail du CREDDHO à Walikale

Pour rappel, le Centre de Recherche sur l’Environnement, la Démocratie et les Droits de l’Homme milite pour le respect des droits humains et travaille particulièrement sur les questions d’exploitation des ressources naturelles avec un focus spécifique sur les minerais.

Pour bien mener son travail, le CREDDHO a, depuis les années 2010, installé un de ses bureaux à Walikale en vue d’accompagner  les communautés vivant dans et autour des sites miniers locaux dans la lutte contre différentes formes des violations des droits de l’Homme.

Le centre dispose localement d’une mini bibliothèque (centre de documentation) pour permettre les membres de la communauté et en particulier la classe intellectuelle à s’informer sur différentes questions liées aux Droits de l’Homme et à l’environnement et de s’imprégner des textes légaux y relatives.

Le CREDDHO a également mis en place une équipe d’observateurs disséminés sur le terrain qui contribue à la réalisation de ses activités. Il collabore, en plus, avec les autorités politiques, militaires, services étatiques sur place et les communautés locales.

Cela étant, le Centre y mène plusieurs activités, entre autres : le monitoring des violations des droits humains et environnementaux, des sensibilisations et renforcement de capacités de membres de la société civile, services étatiques dont les agents de la police minière et OPJ, creuseurs et autres couches de la population.

A travers les séances de sensibilisation le CREDDHO contribue au respect des mécanismes de traçabilité des minerais. La documentation des différents violations des droits de l’homme et celles liées à l’exploitation minière fait parti de son travail de routine depuis plusieurs mois.

Quelques photos correspondant aux activités du CREDDHO à Walikale.

De gauche à droite: Formation des communautés sur  les formes modernes d'esclavage et formation des membres de cooperatives sur le code minier.

 

                                                                                                  Le monitoring des violations des droits humains dans les zones minières

 

Sensibilisation des élèves contre les formes modernes d'esclavage

 

  Formation des OPJ sur le code minier et respect des mecanismes de traçabilité.

 

   

Nous suivre sur twitter

EmpirePromos.com

Communiqués de Presse recents

Souscrire à Notre Newsletter

Les articles sur l'actualité