Renforcer la participation citoyenne et la redevabilité en chefferie de Bwito

Photo d’ensemble prise à l’issue de l’atelier sur le budget participatif et le contrôle budgétaire

Le Centre de Recherche sur l’Environnement, la Démocratie et les droits de l’Homme poursuit ses activités de renforcement de la bonne gouvernance dans les Entités territoriales décentralisées du Nord Kivu. Dans ce cadre, un atelier de renforcement des capacités sur l’élaboration du Budget participatif et le contrôle budgétaire a été organisé par le CREDDHO à Kibirizi du 21 au 23 octobre 2021. Pendant trois jours, les animateurs des structures à base communautaire, les responsables de la chefferie de Bwito en territoire de Rutshuru ainsi que leur équipe technique de budget ont développé des thèmes, mené des échanges et partagé des expériences sur des modèles d’une gouvernance publique participative, transparente et centrée sur les besoins des citoyens. 

En plus de l’amélioration des connaissances et pratiques sur l’élaboration du budget participatif et le contrôle budgétaire, l’atelier a été une occasion pour les participants de définir les projets prioritaires des 7 groupements de la chefferie (MUTANDA, KANYABAYONGA, TONGO, BUKOMBO, BAMBO, KIHONDO et BISHUSHA) pour les quatre années à venir. Les projets sur l’aménagement des routes de dessertes agricoles de la chefferie, la construction des marchés communautaires, la construction des bureaux des groupements et la construction des points d’addiction d’eau potable ont été retenus comme prioritaires. Par ordre d’importance, les participants se sont engagés à mobiliser 39 843$ (trente-neuf mille huit cent quarante-trois dollars Américains) pour aménager l’axe routier de déserte agricole BAMBO-KIGWENE-BUTARE-KISANGANI-MULIMBI-KYUMBA-KITSHANGA dès l’année prochaine. 

La chefferie de Bwito s’est ainsi engagé à formaliser ce projet en décision officielle et à le financer à hauteur de 22 557$. La population locale a quant à elle promis de mobiliser les 17286$ restants à travers une contribution de 0.25$ par ménage et des souscriptions volontaires des leaders communautaires de la chefferie. Au cours de l’atelier même, les souscriptions volontaires au financement du projet d’aménagement routier ont débuté et permis de mobiliser 946,5$. « Cette performance dans la participation des citoyens aussi bien à la planification des projets de développement qu’à leur financement est une première en chefferie de Bwito » a reconnu l’ordonnateur de budget de cette entité qui participait également à l’atelier.

Avantages du budget participatif 

 

En tant que processus visant à associer les habitants à l’élaboration des prévisions budgétaires de leur entité territoriale décentralisée, le budget participatif apparaît comme un pilier de bonne gouvernance locale et de démocratie directe. Il stimule d’abord la participation des citoyens à l’élaboration, la mobilisation et la surveillance des ressources publiques, améliorant ainsi les recettes et rendant les dépenses des ETD plus publiques, transparentes et traçables. Le budget participatif permet également de réorienter les investissements vers les infrastructures de base répondant aux besoins prioritaires des habitants, concourant ainsi à l’avènement des entités territoriales décentralisées socialement mieux intégrées avec la participation des catégories sociales traditionnellement marginalisées. Enfin, le budget participatif constitue un puissant levier contribuant à la mise en œuvre de nouveaux agendas mondiaux, notamment les objectifs du développement durable 11 «Faire en sorte que les villes et les établissements humains soient ouverts à tous, sûrs, résilients et durables» et  16 «Promouvoir l’avènement de sociétés pacifiques et ouvertes aux fins du développement durable, assurer l’accès de tous à la justice et mettre en place à tous les niveaux, des institutions efficaces, responsables et ouvertes».

 

Cet atelier s’inscrit dans le cadre de la campagne sur la participation citoyenne à la gouvernance des entités territoriales décentralisées des territoires de Rutshuru et Nyiragongo au Nord Kivu que mène le CREDDHO avec l’appui du NED (National Endowment for Democracy) dans le souci promouvoir d’un côté la participation effective et efficiente des citoyens à la gestion de la chose publique et de l’autre, la redevabilité des dirigeants locaux et provinciaux envers leurs administrées.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.