RDC: l’exploitation pétrolière dans les aires protégées préjudicie l’Humanité et les Communautés locales

Le CREDDHO est vivement préoccupé par la poursuite du processus d’attribution des blocs pétroliers situés dans les aires protégées en violation des lois de la République et des engagements internationaux pris par notre pays en matière environnementale. En effet, les blocs pétroliers 4 et 5 se retrouvent dans le parc national des Virunga, créé en 1925. Cette importante aire protégée est classée au patrimoine mondial de l’UNESCO en 1979. Elle abrite le dernier bastion des gorilles de montagne et le lac Edouard qui constitue l’unique moyen des substances de la population riveraine.

 

Le CREDDHO tient à rappeler à l’intention des autorités Congolaises que l’exploitation du pétrole dans les aires protégées viole les engagements internationaux pris par le pays, les lois nationales et risque de compromettre les moyens de subsistance des communautés locales. En effet, comme n’a cessé de le rappeler le président de la République, la RDC est un pays solution face à l’urgence climatique. A ce titre, au terme de la COP26 à Glasgow notre pays a réitéré son engagement de réduire la pression sur les forêts en développant une politique et stratégies orientées vers l’immense potentiel en énergie propre et renouvelable. 

 

Par ailleurs, la loi N°15/012 du 01 août 2015 portant régime général des hydrocarbures à son article 155 ainsi que les articles 25 et 74 de la loi N°14/003 du 11 Février 2014 sur la conservation de la nature interdisent sans équivoque les activités d’hydrocarbures dans les aires protégées et punissent ceux qui les réalisent et autorisent. Enfin, sans créer une véritable économie locale durable, l’exploitation pétrolière dans le Parc national des Virunga pourrait détruire de manière irréversible le Lac Edouard qui constitue la source des moyens de subsistance pour des millions des Congolais qui l’entourent. C’est d’ailleurs pour cette raison que la firme Britannique SOCO, poussée par la contestation populaire, avait mis fin à toute activité pétrolière dans le parc National des Virunga en juin 2014 en dépit de l’existence de l’ordonnance N0 10/044 du 18 juin 2010 autorisant l’exploitation du pétrole dans le Blocs IV et V du rift Albertin touchant du Parc National des Virunga estimée en 172075 Hectares soit 21% et toutes les limites du lac Edouard/partie Congolaise. 

 

Au vu de ce qui précède, le CREDDHO invite les autorités Congolaises à respecter les prescrits légaux et les engagements internationaux en matière de conservation de la nature dans le processus d’attribution des blocs pétroliers. Plus particulièrement, nous appelons le président de la République, les membres du gouvernement chacun en ce qui le concerne à : 

  • Annuler le processus d’attribution des blocs pétroliers situés au sein des aires protégées en République Démocratique du Congo et abroger toutes les dispositions du décret N° 10/040 du Juin 2010 créant les blocs pétroliers dans le Parc National de Virunga,
  • Explorer et promouvoir l’investissement dans des secteurs comme le tourisme qui, jusqu’à preuve du contraire peut générer des moyens financiers pour permettre au gouvernement congolais de réaliser des projets de développement durable sans compromettre les droits des générations futures.

Il est possible de concilier développement et conservation de l’environnement. 

 

1 réflexion sur “RDC: l’exploitation pétrolière dans les aires protégées préjudicie l’Humanité et les Communautés locales”