Accueil

Evaluation de la capacité organisationnelle du CREDDHO : Les résultats sont encourageants à la fin de l’année 2016 !

Durant deux jours, soit du 12 au 13 Janvier 2017, les membres du Staff du Centre de Recherche sur l’Environnement, la Démocratie et les Droits de l’Homme, CREDDHO en sigle, viennent de procéder, avec l’accompagnement d’un de ses partenaires dénommé Free The Slaves, à l’évaluation de la capacité organisationnelle de leur organisation.

En effet, grâce à un outil conçu par le précité partenaire, les membres du staff réévalue annuellement le niveau d’évolution de l’organisation. Celui-ci est conçu de façon à ce que la discussion fructueuse soit menée et que les informations qualitatives soient saisies, et qu’un résumé numérique soit fait pour quantifier le niveau de performance.

La réévaluation se base sur un certain nombre d’indicateurs adoptés et porte sur les principaux domaines de gestion de l’organisation notamment la Gouvernance et gestion, qualité du programme, ressources humaines et renforcement des capacités, relations externes et communications et les opérations.

Une année après la dernière évaluation qui a eu lieu à la fin de l’année 2014, les resultats obtenus à la fin de l'année 2016 se revelent satisfaisants et le partenaire qui a facilité cette dernière se dit encouragé par les améliorations observées au sein de CREDDHO dans differents domaine de gestion.

Après cet exercice délicat qui vient de connaitre une participation active d’une large majorité du staff, les représentants des différents organes du CREDDHO qui ont participé à ces travaux, se disent satisfaits du travail abattu par son staff qui vient de leur permettre de déterminer les domaines futurs de développement de l'organisation.

En fait, après chaque évaluation, des efforts considérables sont mis en jeu par les responsables des organes de gestion du CREDDHO afin d’assurer la performance de son staff qui est chargé de mettre en exécution les recommandations issues des différentes évaluations et audits.

L’équipe de la coordination se dit engagée à aller plus loin afin d’atteindre le niveau le plus élevé de performance et de rencontrer un bon niveau de professionnalisme qui est une des valeurs prônées par le CREDDHO dans les textes qui le regissent.

Journée Internationale des Droits de l'Homme: Le CREDDHO mobilise les organisations de la Société Civile contre l’insécurité au Nord Kivu…

 Trois mois après avoir présenté son rapport consolidé portant sur le premier semestre de l’année 2016, l’heure est à la mobilisation des organisations de la Société Civile du Nord Kivu contre l’insécurité et la présentation de son rapport portant sur la période allant d’Aout à novembre 2016. C'etait à l'occasion de la Journée du 10 Decembre 2016, à l'Hotel Uhuru, à Goma.

Les organisations présentées qui ont échangé suffisamment sur la situation ont constaté ce qui suit :

1. La situation sécuritaire en Province demeure préoccupante dans tous les territoires et plus particulièrement dans les parties en intersection entre le territoire de Rutshuru et Masisi, dans le Sud de Lubero et Walikale sans oublier le territoire de Beni où l’insécurité n’est plus à expliquer ;

2. Le vandalisme urbain s’enracinent progressivement en ville de Goma ;

3. Il y aurait des implications électorales, de la convoitise minière et une certaine ethnicisation de la question sécuritaire dans certaines entités de la Province ;

Plusieurs recommandations que vous pouvez découvrir dans une déclaration publiée à ces liens ont été adressées au au Gouvernement Provincial, à la 34e Région militaire, au Maire de la Ville de Goma, au Commandant de la police, aux maisons de télécommunication ainsi qu’à la population.

Pour rappel, le rapport produit par le CREDDHO portant sur le premier semestre de l’année 2016, avait révélé dans les territoires du Nord Kivu, autres que celui de Beni, environs 25 groupes armés, dont 20 à Masisi et Rutshuru ; plus de 45 camps de déplacés dont une trentaine dans le seul territoire de Masisi, plus de 120 personnes tuées dont plus de soixante en territoire de Rutshuru . Une dizaine des personnes portées disparues et des nombreuses familles forcées en déplacement, des taxes illégales payées par les populations aux groupes armés, des maisons incendiées et autres types de violations.

 

Nord Kivu : La localité de Vitshumbi reconquise par l’armée loyaliste après sa prise d’assaut par les « Mai-mai »

La localité de Vitshumbi redevient calme après des altercations qui y ont eu lieu pendant la journée du 06/12/2016, opposant les Forces Armés de la République Démocratique aux « Mai-mai » qui l’ont pris d’assaut vers 5 heures du matin du même jour.

En effet, la réplique des FARDC a intervenu aussitôt que les Mai-mai aient fait une incursion subite dans cette localité.

Du moment de retour de ces mai-mai qui se seraient retirés immediatement de cette localité, ils auraient utilisés de coup de feu pour ouvrir la voie sur leur chemin de retour. Cette situation a provoque un échange des tirs nourris entre ceux-ci et la force loyaliste.

Certaines personnes contactées parmi les communautés locales témoignent que ces échanges de tir auraient occasionné des morts parmi les populations locales deux cas de morts dont une maman et un garçon et des blessés.

Le CREDDHO pense que le Gouvernement devrait profondément examiner les causes liées à la récurrence des groupes armés Mai-mai au Nord Kivu et ailleurs ainsi que leurs sources de ravitaillement en munitions, afin de mieux les éradiquer et les combattre avec certitude.

Les étudiants de l’ULPGL satisfaits d’une session de l’éducation aux droits de l’Homme !

C’est dans le cadre de la campagne d’éducation aux droits de l’homme que mène le CREDDHO, que des étudiants de la Faculté de droit de l’Université Libre de Pays des Grands Lacs viennent de bénéficier, en date du 24 au 27 Novembre 2016, de la formation sur les Droits de l’Homme ce .

Cette activité qui a coïncidé avec les 16 jours d'activisme a permis au CREDDHO de recontrer la volonté de ces jeunes, qui ont exprimé leur souci d'oeuvrer pour la promotion et la potection des Droits de l'Homme et de la Democratie.

Ces derniers ont été capacités en matière de documentation de violations des Droits Humains, en diffusion de l'information et Stratégie d'action pour les droits de l'Homme, sur les bases en matière de Securité de Defenseurs de droits de l'Homme.

A l'issue de cette formation étudiants se sont engagé à :

  • Promouvoir, défendre les droits de l'Homme, se basant sur le droit positif, mais aussi le faire évoluer et les défendre en s'inspirant de leur humanité ;
  • Diffuser les droits de l'Homme dans les autres facultés, dans les autres universités et dans la communauté ;
  • Tout en documentant les violations des droits de l'Homme, les entraves et obstructions aux libertés fondamentales et autres libertés publiques durant le mois prochains, qui s'annonce être un mois durant lequel divers regroupements associatifs et autres ont promis d'exercer massivement leurs libertés et droits.

Pour ce faire, la méthodologie essentiellement basée sur la pratique, la visualisation, la participation et l'action fut de mise.

Un de ces étudiants interrogé a signifié au CREDDHO que les étudiants de son institution, plus particulièrement celle de la faculté de droits, voudrait passer d'un état latent où ils ont été caractérisé par une sorte de passivité, vers celui d'activité. « Faisant parti d’un groupe social influent qui est la jeunesse, nous pourrons concourir à l'avènement des élections en RDC, dans un climat de paix et quiétude avec l'encadrement de l'exercice des libertés et des droits dans le respect de la loi et l'intérêt de l'avenir » a-t-il déclaré.

C'est sur cette base que le CREDDHO a recommandé la non-violence, et l'esprit de responsabilité pour cette vision ; avec comme principale arme le monitoring pour le plaidoyer et la responsabilisation des autorités dans leur choix socio-politique.

Signalons que cette formation fait partie d'une suite d'activités de ce genre organisées à l'intention de la jeunesse estudiantine à travers lesquelles des liens solides sont tissés entre le CREDDHO et la jeunesse.

Un suivi est envisagé par le CREDDHO auprès de ces jeunes, pour une dissémination et diffusion des techniques acquises afin que dans l’avenir, ceux-ci soient des vrais defenseurs et vecteurs de valeurs liées au Droits de l’Homme et à la démocratie en Province du Nord Kivu comme en RDC en général

 

RDC-NORD KIVU : Un nouveau cas de torture signalé à Rutshuru, le CREDDHO en guerre contre son impunité !

En date du 8 novembre 2016 à Kinyandonyi dans le territoire de Rutshuru, Monsieur Moise SEKABUMBA a été torturé par deux policiers du commissariat de Police de Kinyandonyi. Ce forfait se serait commis quand l’infortuné a accepté de prendre un verre de boisson lui offerte par son camarade qui partageait la boisson avec ces deux précités policiers.

Alors que Monsieur Valentin prenait de la boisson avec ceux-ci, celui-ci a vu son camarade Moise SEKABUMBA, à qui il a voulu céder un verre de boisson sur la bouteille qu’il consommait achetée par ces deux amis policiers ci-haut cités.

Ces derniers auraient interdits à Monsieur Moise SEKABUMBA de toucher ce verre mais celui-ci n’a pas malheureusement obtempéré à cet ordre. C’est ainsi que ces policiers l’ont torturé et extorqué une somme de 50$, un téléphone, carte d’électeur, une botte et un chapeau avant de le jeter dans les eaux stagnantes. La victime aurait perdu conscience suite à ces coups lui infligés.

Après cet événement, la population lui serait venue à la rescousse et l’aurait conduit au centre de santé pour les soins appropriés avant qu’il soit transféré à l’hôpital de Rutshuru.

A l’heure de la rédaction de la présente communication, Monsieur SEKABUMBA Moise est grièvement blessé au vendre et certaines de ses côtes seraient touchées. Le médecin lui airait conseillé de subir les tests de radiographie mais faute de moyens financières, cela n’a pas été possible.

La famille de la victime a tenté de joindre ces deux policiers pour savoir s’ils pourraient être prêts à rembourser les quelques dépenses liées aux premières interventions médicales et transport effectués depuis KINYANDONYE jusqu’à Rutshuru, ce dernier ont semblé ne pas être favorable à la proposition tout en ne niant pas les faits.

Le CREDDHO (Centre de Recherche sur l’Environnement, la Démocratie et les Droits de l’Homme) croit que ce cas mérite une attention soutenue des autorités tant judiciaires que policières. Tout en sollicitant l’implication active de celles-ci, le CREDDHO demande que des enquêtes soit menées et qu’au cas où la culpabilité est établie que les responsables répondent de manière exemplaires de leurs actes.

Le CREDDHO signale que dans ses différents rapports produits en territoire de Rutshuru, souvent partagés et discutés avec les autorités locales, des cas de torture ne cessent d’être enregistrés et la prévalence de ces pratiques ne cesse d’être constatée dans cette contrée.

 

Nous suivre sur twitter

EmpirePromos.com

Souscrire à Notre Newsletter